Suède : Stockholm, Karlsborg, Skovde

C’est à la mi-septembre qu’a eu lieu la sortie d’automne de l’ASMEM.

Nous étions une trentaine à faire le déplacement en Suède, dans une région pleine de contrastes et malgré tout, si proche de nous et de nos mentalités.

Nous avons été reçus dans un pays qui vit de plein fouet les réformes données par les nouveaux équilibres stratégiques.

Ses Forces terrestres en plein mouvement ont su mettre en valeur leur passé militaire et elles n’hésitent pas à investir dans le devoir de mémoire qui a fait la grandeur de leur pays.

De Stockholm à Karlsborg, nous nous sommes fait une idée très précise de ce pays où les axes ne sont pas délimités par les Alpes, mais par des lacs et des cours d’eau.

C’est un grand honneur que d’avoir pu loger dans les murs de la prestigieuse (?) école d’officiers interarmes de Stockholm.

Nous n’avons pas chômé. A peine avons-nous pris les cantonnements que nous avons eu le plaisir de nous rendre au musée de l’armée. La qualité et la sobriété des objets et scènes présentées, sont exemplaires. En moins de 2 heures, nous sommes passés de l’histoire des hommes des cavernes aux soldats du 21ème siècle. Ce pays se donne les moyens de mettre en image son histoire et ne renie aucune étape de son évolution. Nous avons été guidés par des passionnés qui ont su mettre en évidence les points essentiels.

La mise en forme pour la journée du lendemain s’est passée dans le Mess des officiers de cavalerie et nous avons apprécié la coutume du « Skol ».

Dans cette tradition, le hussard lève le pied droit et l’artilleur, le pied gauche, mais c’est plutôt du pied marin dont nous avions besoin car, dès le lendemain matin, nous nous sommes rendus avec des vedettes rapides sur une île qui a accueilli durant la guerre froide un système d’arme performant et impressionnant.

Nous avons pu philosopher sur la définition du tangage et du roulis. Certains participants auraient préféré la solitude de nos forteresses, plutôt que la vision décidément mouvementée de la mer! Il faut dire que les pilotes ont voulu démontrer les qualités exceptionnelles de leurs engins.

Les problèmes de budgets, de restructuration et de réorganisation sont partout à l’ordre du jour. Les installations qui nous ont été présentées, n’étaient pas plus âgées de 20 ans. Elles sont, pour nous membres de l’ASMEM, des installations modernes, … déjà déclassées.

Espérons que la Suède se rendra compte du patrimoine exceptionnel qu’elle a en main et qu’elle va oeuvrer dans le sens d’une sauvegarde des infrastructures historiques.

Le musée Vasa est vraiment un must, au point de vue de l’histoire et de la muséographie. Le Vasa est le seul vaisseau du XVIIème siècle au monde à avoir été conservé. La découverte, à bord du Vasa, de plus de 95 % des pièces d’origine et de centaines de sculptures ciselées en fait un trésor unique et l’une des attractions touristiques les plus populaires au monde.

Après plusieurs km à bord du TGV suédois, nous nous sommes rendus dans la ville de garnison de Skovde. Les Forces terrestres nous ont impressionnés par leur modernisme. Elles se veulent adaptées à un environnement proche de la réalité et nous avons eu l’exemple d’un combat de localité dans le cadre d’une mission de maintien de la paix.

Il n’y a qu’un pas entre les jeux vidéo et le matériel qui a été engagé au profit des exercices. II permet un déroulement de combat, dans des conditions réelles et tout cela, sous l’oeil attentif de la direction d’exercice. Les cartes sont présentes, mais cette fois, l’action se déroule sur écran.

La bourgade de Karlsborg a joué depuis des siècles un rôle primordial dans le concept de défense de la Suède. Elle pouvait servir de barrage à un ennemi venant de l’Est ou de l’Ouest. Véritable place forte dans ce pays de lacs, cette citadelle aurait dû permettre aux forces amies de se regrouper, de s’organiser et de se préparer au combat.

Nous avons été enchantés par la muséographie, qui nous a permis de nous déplacer, sous le feu, de caponnières en observatoires, de parapets en fossés.

Les concepteurs ont imaginé un conflit qui « n’a jamais eu lieu », et sur la base duquel les Suédois raconteront, de génération en génération, les prouesses et les bravoures de leur peuple. Quelle audace, quelle imagination!

Une sacrée soirée, que cette soirée de Gala, dans une « résidence d’officier». Un Ballenberg suédois. Si les maisons étaient d’époque, notre « Bernard » d’un soir, lui était bien vivant !!!

Sa prestance et son art du conte a fait revivre ce coin paradisiaque, mais rude. Les participants garderont des années encore le souvenir de ce personnage hors du commun et de son musée à l’honneur des hussards.

Merci aux organisateurs, aux attachés militaires suisse et suédois, aux accompagnants, à notre traducteur.

A l’année prochaine en Chine, du 15 au 24 septembre 2006.

Lieutenant-colonel Pascal BRUCHEZ

%d blogueurs aiment cette page :