Assemblée Générale

Bonjour à tous,

Les ASMEMIENS se sont déplacés en masse pour cette assemblée générale qui s’est déroulée dans les locaux de la HES SO de Sierre.

 

Plus d’images en vous inscrivant à l’espace membres.

Bon Surf

Besançon – périple reconnaissance

WE de Rec dans la région de Besançon

C’est le 04 et le 05 mars que Marc, Nathan et votre serviteur se sont rendus dans la région de Besançon pour reconnaître les lieux de notre périple, les restaurants qui vont nous accueillir et notre caserne pour la nuit.

Grâce à nos contacts avec l’association Vauban, nous pouvons compter sur Maître Roland qui est un vrai héritier de la mémoire de Sébastien Le Preste.

Notre périple se concentrera sur la ville de Besançon, ainsi que sa ceinture fortifiée.

Nous serons 30 personnes pour ce voyage.

Ici les dates

Samedi 10 juin 2017

0600 Départ de Martigny (Gare CFF)
0700 Arrivée à Vevey (gare CFF)
0710 Départ
0815 Arrivée à Vallorbe (Gare CFF) et arrêt café / croissant sur place
0940 Départ
1030 – 1200 Besançon – Visite commentée (cathédrale, Porte Noire, Porte Notre Dame)
1200 – 1330 Repas de midi à la Rôtisserie Vauban
1345 – 1415 Déplacement vers la Citadelle en bus spécial (Ville de Besançon)
1430-1600 Visite commentée de la Citadelle
1615-1645 Déplacement au pied de la Citadelle en bus spécial (Ville de Besançon) et
changement de bus
1645-1715 Déplacement en bus sur le site du Fort de Montfaucon
1700-1800 Vue sur le secteur de Besançon et visites diverses
1800-1845 Apéritif sur site offert par Buchard Voyages
1845-1915 Déplacement sur l’hôtel Mercure
1915-1945 Prise des chambres et SI
1945-2030 Apéritif et présentation du secteur par M. Roland Bois à l’hôtel Mercure
2045-2230 Souper à l’hôtel Mercure
2230 Fin du repas et soirée libre

Dimanche 11 juin 2017

0730 Petit déjeuner et check-out
0830 Départ du bus
0900-1100 Secteur Besançon – Visite du Fort Bregille
1100-1130 Déplacement sur le port de Besançon
1145-1345 Croisière et repas sur le Doubs avec passage du tunnel sous la Citadelle
1350 Départ du bus
1415-1615 Secteur Besançon – Visite du Fort de Pugey
1630 Départ du bus
1700 Arrêt à Vallorbe (Gare CFF)
1815 Arrêt à Vevey (Gare CFF)
1900 Arrêt à Martigny (Gare CFF) et fin du voyage

Le mot du président -2016

La vie d’une association passe par la pérennité de ses activités et par sa capacité à transmettre aux générations futures la mémoire de notre volonté de servir.

L’ASMEM est à un tournant. Pour que les générations futures puissent bénéficier de nos connaissances, nous devons nous atteler à rendre disponible à un large public notre fond. Un travail de tri en profondeur a été initialisé par notre responsable de la documentation et par notre caissier. La documentation active et les livres disponibles à notre shop ont été déposés dans des conditions plus accessibles dans la région de Lausanne.

Deux grands soucis occupent votre comité.

La fermeture à court terme de Dailly et, par conséquent, la remise en question de notre salle des maquettes avec les collections exceptionnelles qui les occupent, et notre centre de documentation qui est toujours lorgné par la fondation du château, qui aimerait en faire sa salle du conseil.

Il faut dire que l’architecture sympathique de ce lieu rend les agapes un peu plus agréables. Alors, un centre de documentation qui n’est pratiquement pas accessible au public et ceci, seulement si un membre de l’association est présent, pose problème.

Lors de nos séances, nous avons décidé de prendre les devants et d’avoir des discussions préliminaires avec les Archives Valaisannes qui pourraient accueillir notre fond (un peu comme nous avions fait avec la médiathèque de Martigny). Une collaboration avec le musée de Morges pourrait aussi être initiée, en ce qui concerne notre matériel et les maquettes si le site de Dailly est remis en question.

Si l’option de la cessation des activités touristiques sur le site de Dailly nous semble impensable, la plus-value de rendre accessible notre fond relève de l’évidence. Le hic dans tout cela est que nous devrons à nouveau engager des dépenses extraordinaires. La pérennité de nos activités ne pourra se poursuivre sans une adaptation des cotisations, qui sont restées inchangées depuis 43 ans.

Assemblée générale

Lors de notre assemblée générale, nous devrons nous décider sur ces points. Notre site Web qui date de 2011 doit être rafraîchi et remis aux normes actuelles de sécurité. Si notre association n’est certes pas une cible privilégiée des hackers, elle reste néanmoins sujette à des malversations. Nous espérons vous présenter en 2017 une version modernisée et accessible sur divers supports. Il serait dommage de perdre le contenu de ce magnifique média de communication.

Une nouvelle édition

Avec plaisir et fierté nous allons procéder au vernissage de la réédition de notre ouvrage-phare, le « Rebold ». Cette édition en français et en allemand a été entièrement revue et le graphisme moderne apportera un plus à son contenu. Durant le début de l’année 2017, nous organiserons un événement pour les membres de l’ASMEM.

Voyages et découvertes

Votre comité a en outre organisé toute une série d’activités qui ont rencontré un franc succès et cela nous réjouit énormément. L’organisation de ces événements s’est faite avec beaucoup de minutie et le rythme qui est donné lors de ces journées est assez impressionnant.

Les activités de notre société se poursuivront avec, pour débuter l’année, notre assemblée générale qui se déroulera dans la région de Sierre. Le thème principal sera la gestion de crise lors de séismes majeurs. Nous espérons dans ce cadre pouvoir vous donner l’occasion de visiter le centre de conduite du canton, ainsi qu’un hôpital de guerre.

Le voyage sur deux jours en 2016 dans la région de Sargans a été une réussite et nous désirons renouveler cette expérience par un périple, également de 2 jours, dans la région de Besançon.

Notre voyage de septembre, nous amènera dans la Région de Soissons, et ceci durant le week-end du Jeûne Fédéral. Le périple d’un jour sur Genève a dû être annulé en raison de collision avec les dates du forum sécurité du Chablais. La même activité a été proposée également par le team du sentier de la Promenthouse dans le cadre de leur sortie d’automne, et plusieurs de nos membres sont affiliés à cette société. Pour clore notre année, la traditionnelle fête de la Ste-Barbe se déroulera au fort de Champex.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à parcourir notre site internet et me réjouis de vous retrouver nombreux dans nos activités.

Col Pascal Bruchez

 

Le mot du président – 2015

 

Quelle belle assemblée générale 2015 !

Nous nous sommes retrouvés dans les murs du collège de l’Abbaye de Saint-Maurice pour un moment de franche camaraderie.

Cette édition doit être marquée d’une pierre blanche, en raison de la présence haute en couleurs de nos intervenants et de la participation élevée de nos membres, dont le nombre a dépassé la centaine.

Notre société se porte à merveille, et, malgré l’âge quelque peu avancé de nos «Asmemiens», elle est en plein essor. Pourtant, l’effort de recrutement doit être encore plus marqué.

La situation financière de notre société est saine, les comptes étant tenus de manière magistrale par notre caissier. Nous avons profité de moderniser nos statuts, notamment en excluant les personnes ne payant plus de cotisation et celle qui agissent contre notre société. Les nouveaux statuts ont été acceptés à l’unanimité.

La rétrospective des activités 2013 et 2014 a montré une participation exemplaire. Le rythme des activités sera conservé pour les prochaines années.

La présence de deux intervenants de qualité, le brigadier Gaudin, chef S rens, et le brigadier Tüscher, cdt br inf 2, a constitué le fait marquant de cette assemblée.

Les thèmes suivants ont été abordés :

  • l’image de la menace actuelle et à venir pour la Suisse et le déroulement du conflit en Ukraine ont fait l’objet d’une présentation systématique et condensée. Nous nous sommes posé des questions sur la vraie capacité de nos autorités à vouloir réagir à une menace,
  • la comparaison entre la puissance de feu d’une section d’infanterie des années 1990 et celle d’une section actuelle a fortement impressionné l’auditoire.

Ces exposés ont mis en lumière les carences de notre pays en matière sécuritaire, lequel dépend des pays limitrophes pour l’essentiel.

Cette situation nous préoccupe et les récentes discussions sur le budget militaire confortent nos pensées les plus pessimistes.

A chaque montée de la menace en Europe, la Suisse économise sur son assurance-survie. Faisant fi des enseignements de l’histoire, notre gouvernement persiste et signe. Comme à l’accoutumée, lorsque notre pays sera au plus mal, nous devrons payer le prix fort pour mettre sur pied un outil de défense approprié.

Concernant le patrimoine, le désinvestissement du DDPS en matière de places d’armes et d’ouvrages de défense des points clés est également incompréhensible. La vente à tout prix des ouvrages périphériques et la concentration sur des centres forts n’est pas propice à la cohésion des régions.

Nous avons apprécié les mots du Président de la commune de Saint-Maurice qui nous a rappelé que l’Abbaye était le produit phare de la région.

L’assemblée s’est ensuite dirigée vers le réfectoire de l’Abbaye, où l’équipe de cuisine nous a concocté un repas de gala. Pour certains d’entre nous, anciens internes du collège, la pensée académique est revenue en mémoire. C’est au son de la clochette du recteur que les différents plats ont été servis.

Notre périple à St-Maurice a été également l’occasion d’un clin d’œil aux festivités des 1500 ans de l’Abbaye. Pour mémoire, nous avons participé financièrement à cet événement en prenant en charge la rénovation d’une des pièces du trésor.

Cette Abbaye a pour origine un sanctuaire élevé sur le tombeau de saint Maurice et de ses compagnons Martyrs, soldats thébains morts pour leur foi vers l’an 300.

Vers 380, saint Théodore, dit aussi saint Théodule, évêque d’Octodure (Martigny), dépose les reliques des Martyrs dans un sanctuaire au pied de la falaise. Le 22 septembre 515, le roi burgonde saint Sigismond fonde le monastère et inaugure la «laus perennis»‚ — la louange perpétuelle —, sur le tombeau des Martyrs. Le Monastère d’Agaune ainsi fondé comprend une communauté de moines préposés à la garde du sanctuaire et à l’accueil des pèlerins. Au IXe siècle, des chanoines succèdent aux moines; en 1128, ils adoptent la Règle de saint Augustin. Le culte des Martyrs se développe et se répand dans toute l’Europe. La terre d’Agaune devient un centre spirituel du second royaume de Bourgogne (888), puis de la dynastie des Savoie.

Dès l’origine, l’Abbaye possède son baptistère; des privilèges pontificaux et royaux la placent sous l’immédiate dépendance du Siège apostolique. Les abbés de Saint-Maurice jouissent du pouvoir temporel, et parfois spirituel, sur nombre de bourgades et de hameaux. L’Abbaye, exempte de toute juridiction épiscopale, devient «nullius dioeceseos» (actuellement «abbaye territoriale»).

Les temps de ferveur et de ressourcement alternèrent avec des périodes plus difficiles. Mais la pression des autorités civiles, les troubles révolutionnaires, les incendies et les éboulements de rochers n’empêchèrent pas l’Abbaye de poursuivre sa mission multiséculaire.

Aussi peut-elle se targuer d’être le plus ancien monastère d’Occident à avoir été continuellement en activité.

En fait, Saint Théodule a été le premier à mettre en avant le passé de St-Maurice comme ville de garnison. Qu’il nous protège de l’oubli !

Col Pascal Bruchez

Une année réjouissante – 2014

Chers amis,

Il s’en est passé des événements en une année. Comme nous avons notre assemblée générale tous les deux ans, je me permets, par ces quelques lignes, de faire un bilan intermédiaire de l’activité de notre société que je préside depuis une année.

Grâce à notre engagement sans limite pour le patrimoine fortifié en Suisse romande et à la présence active de nos membres et du comité dans les diverses sociétés, nous sommes maintenant 317 membres actifs. C’est réjouissant.

Il faut dire que nos activités ont un réel succès et sont suivies avec attention par nos membres.

Nous nous sommes rendus, l’automne passé au Danemark, avec comme thème la défense de l’Øresund. C’est à cheval entre la Suède et le Danemark que nos activités se sont déroulées, avec la prise de conscience de l’importance de ce détroit pour la Russie vu son accès à la mer. Avec la Crimée, l’Øresund est le seul accès, par mer, à l’est de ce pays mammouth. Notre voyage, bien qu’historique, était absolument d’actualité. Souvent, l’histoire se répète…

Nous avons eu l’honneur de recevoir la bannière de la Société des Troupes de Forteresse de la Suisse Romande qui a commémoré, l’automne passé, le 100ème anniversaire de sa création. Un grand moment d’émotion et de fierté vécu lors de la remise de la bannière !

La traditionnelle fête de Sainte-Barbe, en décembre, au Fort de Champex a été un succès. C’est toujours un moment chaleureux. L’équipe de PROFORT se met en quatre pour cette réussite. Qu’ils en soient remerciés.

Cette année, nous fêtons nos 40 ans !

La sortie à Thoune a vu plus de 50 de nos membres se retrouver dans un convoi en direction de Thoune, pour une visite de qualité du Musée Armée Suisse. Le travail de collection est remarquable. Les présentations et l’accueil remplirent nos attentes.

Nous avions un rêve, nous l’avions étudié et nous l’avons réalisé. Nous nous sommes rendus le 07 mai 2014, à Dien Bien Phu, pour la commémoration de la bataille de 1954, non sans avoir au préalable vu l’Indochine et ses habitants , Saigon et la Cochinchine, Hué et l’Annam, Hanoï et le Tonkin. Ces lieux où se sont écrites des pages très importantes et douloureuses de l’histoire. Seize jours d’un voyage de rêve, des souvenirs par milliers … et un nuage. Salut André !

Et ce n’est pas fini :

  • inauguration de la galerie Rossignol
  • retour aux sources
  • Sainte-Barbe

Et si un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre, par exemple en payant des sommes monumentales à un pays outre atlantique, alors pourquoi tout faire pour effacer la mémoire de notre région, qui avait la volonté de rester indépendante et neutre dans des moments de fortes tensions internationales ?

Dans le cadre de la mise en valeur de notre patrimoine fortifié, les efforts de notre comité et de nos membres se sont concentrés sur le site de Dailly. Cela nous a passablement pris de ressources en temps et en argent. Le résultat est splendide et nous espérons que pour plusieurs décennies, nous pourrons rester avec nos maquettes dans ce lieu mythique. La bataille n’est pas gagnée, mais le risque en valait la peine. Nous sommes toujours tributaires des décisions des autorités fédérales, quant à l’avenir de Dailly. Le combat se fait maintenant au niveau politique. Nos Elus doivent prendre conscience de la valeur patrimoniale de ce site d’exception. C’est notre rôle, comme membres de l’ASMEM, de remettre la compresse à chaque occasion, de manière à ce que naturellement, la réalité d’un musée de la fortification germe dans l’esprit de nos décideurs et sponsors.

En voyant que la destruction du matériel historique de Saint-Maurice se poursuit, nous avons mené plusieurs démarches au sein de la Confédération pour que notre association soit reconnue par l’Office central du matériel historique de l’armée (OCMHA) de manière à ce que légalement, notre association puisse conserver sur site le patrimoine historique. Selon la décision, nous devrons certainement revoir un peu les buts de notre association et inclure une mission de sauvegarde du patrimoine dans nos statuts.

Ou peut-être faudra-t-il attendre les 1500 ans des fortifications de Saint-Maurice pour qu’une réelle prise de conscience soit effective…

Notre association reste la seule qui couvre l’ensemble de la Suisse romande et je suis sûr que nous pouvons compter sur l’engagement de chacun pour que dans les secrets d’Agaune le devoir de mémoire reste en grande partie intact.

Saint-Maurice ne doit pas nous faire oublier que nos officiers ont servi dans tout le secteur qui nous mène de Vallorbe à Gondo, en passant par les cantons de Fribourg et de Genève. Dans ce cadre, notre effort sera de perpétuer le devoir de mémoire sous la forme de publications et de soutiens aux associations.

Cette chère ligne Maginot ! Elle a fait l’objet de notre voyage, «retour aux sources» qui a été un réel succès de participation de la part de nos membres. Nous avons vécu une cérémonie empreinte de respect et d’émotions et la dépose d’une gerbe devant l’ouvrage du Hochwald. Cette base est utilisée actuellement en partie par l’armée de l’air comme base de détection et d’identification des aéronefs à moyenne et haute altitude. Cette forteresse, construite dans les années 1933-1934, bénéficie d’une couverture d’une trentaine de mètres et a été adaptée aux normes de l’OTAN, par exemple par la construction d’un bouclier en béton devant l’entrée.

Notre association est particulièrement attachée à cet ouvrage qui est a donné l’étincelle associative à Jean-Jacques Rapin, il y a 40 ans pour fonder l’ASMEM.

Nous avons retrouvé l’esprit du lt-col Rodolphe en parcourant les sous-sols de la base de Drachenbronn. Ce sont des couloirs interminables qui nous ont conduits dans les parties vies de ce grand ouvrage. C’est de cette forteresse que nous avions édité les combats dans la ligne Maginot.

Cet livre rend hommage aux héroïques combattants de la Ligne Maginot qui, bien que ce soit assez peu connu, ont fait leur devoir avec efficacité même si les unités blindées allemandes ont contourné l’obstacle.

Ce livre est le journal de bord du Groupement d’artillerie de forteresse n°3 qui était constitué par l’artillerie des Ouvrages du Hochwald et de Shoenenbourg.

Notre association surfe sur la vague du succès et l’année 2015 sera marquée par diverses activités associatives. Alors, à vos agendas et ne manquez pas de participer nombreux à nos activités.

Nous aurons également un regard sur les 1500 ans de l’abbaye et sur les 200 ans de l’entrée du Valais dans la Confédération.

Il y a quelques mois, certains de nos politiciens affirmaient que pour les cinquante prochaines années, il n’y aurait plus de conflits en Europe. Or les développements actuels ne leur donnent malheureusement pas raison. Le monde ne va pas très bien et nous sommes de nouveau dans une ambiance de tension internationale qui nous rappelle étrangement l’ambiance des années 1980.

Je vous remercie de la confiance que vous me témoignez en m’ayant nommé à la tête de l’Association Saint-Maurice d’Études militaires.

Que vive, que croisse, que fleurisse notre ASMEM et longue vie.

Votre Président

col Pascal BRUCHEZ