Le Lt-colonel Jean Zeissig nous a quittés le 30 mars, à l’âge de 98 ans.
Nous perdons en lui un officier dans toute l’acception du terme, qui a marqué ceux qui ont eu le privilège de travailler sous ses ordres. A ce titre, il laisse une trace profonde au sein de la garnison de St-Maurice, particulièrement au Groupe de forteresse 2 – dont l’artillerie constituait le fer de lance de la Brigade 10 – qu’il a commandé de 1962 à 1966.
HOMMAGE AU LT-COLONEL JEAN ZEISSIG
Le Lt-colonel Jean Zeissig nous a quittés le 30 mars, à l’âge de 98 ans.
Nous perdons en lui un officier dans toute l’acception du terme, qui a marqué ceux qui ont eu le privilège de travailler sous ses ordres. A ce titre, il laisse une trace profonde au sein de la garnison de St-Maurice, particulièrement au Groupe de forteresse 2 – dont l’artillerie constituait le fer de lance de la Brigade 10 – qu’il a commandé de 1962 à 1966.
L’autorité natuelle du Lt-colonel Jean Zeissig faisait partie de sa riche et belle personnalité. Il n’avait nullement besoin d’élever la voix pour être entendu. Sa prestance, son regard clair, l’élégance de son propos, sa haute intelligence, inspiraient la confiance, mais aussi la fierté de la mériter.
On permettra à l’auteur de ces lignes d’évoquer ici un épisode révélateur.
En octobre 1954, lors de mon premier cours de répétition comme canonnier à Dailly, je fus formé comme “aide de bureau de tir”. Peu après, je reçus un ordre de marche pour l’école de sous-officiers. Comme j’effectuais au même moment mes études musicales au Conservatoire de Fribourg, je demandai un rendez-vous au Major Zeissig, afin qu’il veuille bien m’établir un “certificat” de bon aide de bureau de tir, me permettant d’éviter le service d’avancement. La rencontre eut lieu, mais pas dans le sens que je souhaitai: le Major Zeissig me déclara d’emblée que je n’avais pas à esquiver ce service, mais qu’au contraire, le devoir m’appelait à servir mon pays ! J’ai alors compris, j’ai obéi, et n’ai jamais eu à le regretter …
Autre forme de l’engagement du Lt-colonel Zeissig. Chacun sait que la série de maquettes de fortifications déposées au château de St-Maurice représente un exemple unique, allant de Vauban à la Ligne Maginot. Or le Lt-colonel Zeissig a été l’un des premiers et l’un des plus fidèles, à mettre ses talents manuels à disposition en vue de leur construction – un travail considérable – qu’il assuma, avec le Sgt Blanc, avec la plus grande fidélité à maintenir en état jusqu’à ces dernières années.
A titre de reconnaissance, il a été nommé Membre d’honneur de notre Association.
Nous conserverons un souvenir reconnaissant et lumineux de cet homme de bien, dont l’exemple continue à nous inspirer.
Lausanne, ce 2 avril 2012
%d blogueurs aiment cette page :