Chers amis,

Il s’en est passé des événements en une année. Comme nous avons notre assemblée générale tous les deux ans, je me permets, par ces quelques lignes, de faire un bilan intermédiaire de l’activité de notre société que je préside depuis une année.

Grâce à notre engagement sans limite pour le patrimoine fortifié en Suisse romande et à la présence active de nos membres et du comité dans les diverses sociétés, nous sommes maintenant 317 membres actifs. C’est réjouissant.

Il faut dire que nos activités ont un réel succès et sont suivies avec attention par nos membres.

Nous nous sommes rendus, l’automne passé au Danemark, avec comme thème la défense de l’Øresund. C’est à cheval entre la Suède et le Danemark que nos activités se sont déroulées, avec la prise de conscience de l’importance de ce détroit pour la Russie vu son accès à la mer. Avec la Crimée, l’Øresund est le seul accès, par mer, à l’est de ce pays mammouth. Notre voyage, bien qu’historique, était absolument d’actualité. Souvent, l’histoire se répète…

Nous avons eu l’honneur de recevoir la bannière de la Société des Troupes de Forteresse de la Suisse Romande qui a commémoré, l’automne passé, le 100ème anniversaire de sa création. Un grand moment d’émotion et de fierté vécu lors de la remise de la bannière !

La traditionnelle fête de Sainte-Barbe, en décembre, au Fort de Champex a été un succès. C’est toujours un moment chaleureux. L’équipe de PROFORT se met en quatre pour cette réussite. Qu’ils en soient remerciés.

Cette année, nous fêtons nos 40 ans !

La sortie à Thoune a vu plus de 50 de nos membres se retrouver dans un convoi en direction de Thoune, pour une visite de qualité du Musée Armée Suisse. Le travail de collection est remarquable. Les présentations et l’accueil remplirent nos attentes.

Nous avions un rêve, nous l’avions étudié et nous l’avons réalisé. Nous nous sommes rendus le 07 mai 2014, à Dien Bien Phu, pour la commémoration de la bataille de 1954, non sans avoir au préalable vu l’Indochine et ses habitants , Saigon et la Cochinchine, Hué et l’Annam, Hanoï et le Tonkin. Ces lieux où se sont écrites des pages très importantes et douloureuses de l’histoire. Seize jours d’un voyage de rêve, des souvenirs par milliers … et un nuage. Salut André !

Et ce n’est pas fini :

  • inauguration de la galerie Rossignol
  • retour aux sources
  • Sainte-Barbe

Et si un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre, par exemple en payant des sommes monumentales à un pays outre atlantique, alors pourquoi tout faire pour effacer la mémoire de notre région, qui avait la volonté de rester indépendante et neutre dans des moments de fortes tensions internationales ?

Dans le cadre de la mise en valeur de notre patrimoine fortifié, les efforts de notre comité et de nos membres se sont concentrés sur le site de Dailly. Cela nous a passablement pris de ressources en temps et en argent. Le résultat est splendide et nous espérons que pour plusieurs décennies, nous pourrons rester avec nos maquettes dans ce lieu mythique. La bataille n’est pas gagnée, mais le risque en valait la peine. Nous sommes toujours tributaires des décisions des autorités fédérales, quant à l’avenir de Dailly. Le combat se fait maintenant au niveau politique. Nos Elus doivent prendre conscience de la valeur patrimoniale de ce site d’exception. C’est notre rôle, comme membres de l’ASMEM, de remettre la compresse à chaque occasion, de manière à ce que naturellement, la réalité d’un musée de la fortification germe dans l’esprit de nos décideurs et sponsors.

En voyant que la destruction du matériel historique de Saint-Maurice se poursuit, nous avons mené plusieurs démarches au sein de la Confédération pour que notre association soit reconnue par l’Office central du matériel historique de l’armée (OCMHA) de manière à ce que légalement, notre association puisse conserver sur site le patrimoine historique. Selon la décision, nous devrons certainement revoir un peu les buts de notre association et inclure une mission de sauvegarde du patrimoine dans nos statuts.

Ou peut-être faudra-t-il attendre les 1500 ans des fortifications de Saint-Maurice pour qu’une réelle prise de conscience soit effective…

Notre association reste la seule qui couvre l’ensemble de la Suisse romande et je suis sûr que nous pouvons compter sur l’engagement de chacun pour que dans les secrets d’Agaune le devoir de mémoire reste en grande partie intact.

Saint-Maurice ne doit pas nous faire oublier que nos officiers ont servi dans tout le secteur qui nous mène de Vallorbe à Gondo, en passant par les cantons de Fribourg et de Genève. Dans ce cadre, notre effort sera de perpétuer le devoir de mémoire sous la forme de publications et de soutiens aux associations.

Cette chère ligne Maginot ! Elle a fait l’objet de notre voyage, «retour aux sources» qui a été un réel succès de participation de la part de nos membres. Nous avons vécu une cérémonie empreinte de respect et d’émotions et la dépose d’une gerbe devant l’ouvrage du Hochwald. Cette base est utilisée actuellement en partie par l’armée de l’air comme base de détection et d’identification des aéronefs à moyenne et haute altitude. Cette forteresse, construite dans les années 1933-1934, bénéficie d’une couverture d’une trentaine de mètres et a été adaptée aux normes de l’OTAN, par exemple par la construction d’un bouclier en béton devant l’entrée.

Notre association est particulièrement attachée à cet ouvrage qui est a donné l’étincelle associative à Jean-Jacques Rapin, il y a 40 ans pour fonder l’ASMEM.

Nous avons retrouvé l’esprit du lt-col Rodolphe en parcourant les sous-sols de la base de Drachenbronn. Ce sont des couloirs interminables qui nous ont conduits dans les parties vies de ce grand ouvrage. C’est de cette forteresse que nous avions édité les combats dans la ligne Maginot.

Cet livre rend hommage aux héroïques combattants de la Ligne Maginot qui, bien que ce soit assez peu connu, ont fait leur devoir avec efficacité même si les unités blindées allemandes ont contourné l’obstacle.

Ce livre est le journal de bord du Groupement d’artillerie de forteresse n°3 qui était constitué par l’artillerie des Ouvrages du Hochwald et de Shoenenbourg.

Notre association surfe sur la vague du succès et l’année 2015 sera marquée par diverses activités associatives. Alors, à vos agendas et ne manquez pas de participer nombreux à nos activités.

Nous aurons également un regard sur les 1500 ans de l’abbaye et sur les 200 ans de l’entrée du Valais dans la Confédération.

Il y a quelques mois, certains de nos politiciens affirmaient que pour les cinquante prochaines années, il n’y aurait plus de conflits en Europe. Or les développements actuels ne leur donnent malheureusement pas raison. Le monde ne va pas très bien et nous sommes de nouveau dans une ambiance de tension internationale qui nous rappelle étrangement l’ambiance des années 1980.

Je vous remercie de la confiance que vous me témoignez en m’ayant nommé à la tête de l’Association Saint-Maurice d’Études militaires.

Que vive, que croisse, que fleurisse notre ASMEM et longue vie.

Votre Président

col Pascal BRUCHEZ

%d blogueurs aiment cette page :