HONG KONG – Fort Lei Yue Mun – Le gardien de l’entrée de la carpe

HONG KONG – Fort Lei Yue Mun – Le gardien de l’entrée de la carpe

Hong Kong fait partie de l’imaginaire collectif des Européens. La traduction littérale de son nom, port aux parfums ou port parfumé, en est le symbole même. Hong Kong, c’est une histoire qui débute vers 50’000 ans avant J-C et se poursuit 1997, après un intermède de 156 ans sous les couleurs britanniques, sous le nom de « Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine ».

Si l’importance militaire du détroit de Lei Yue Mun (LYM), entrée Est du port de Hong Kong, est connue depuis longtemps, ce n’est qu’en 1844 que quelques baraquements militaires britanniques seront construits et occupés par de la troupe. Il faudra attendre vingt années supplémentaires avant l’installation de pièces d’artillerie et encore vingt ans pour que l’importance stratégique de l’endroit soit inscrite dans le marbre avec la construction du Fort LYM. Ce dernier sera abandonné par les militaires et remis au gouvernement de Hong Kong en 1987. En 1993, le Conseil Législatif, vu de l’importance historique et architecturale du site, décide de le transformer en musée de la défense côtière (Hong Kong Museum of Coastal Defence). Les travaux d’assainissement et de transformation du site débutent et le musée ouvre le 15 juillet 2000.

Diverses promenades permettent de visiter les restes de quelques sites relatant l’histoire des fortifications terrestres et côtières de Hong Kong (Hong Kong Museum of Coastal Defence, Pinewood Battery, Mount Davis Battery, Devil’s Peak et ligne Gin Drinkers). On peut également découvrir les restes de sites fortifiés d’avant la colonisation anglaise (Tung Lung Fort, Tung Chung Fort, Tung Chung Battery, Fan Lau Fort). Hong Kong n’est pas seulement moderne mais conserve encore un peu de son passé militaire.

Pour plus d’information, relisez l’article « Hong Kong – Une petite histoire militaire » parue dans notre bulletin 2017.

Ouvrage 261 Vievola – Vallo Alpino (I)

Ouvrage 261 Vievola – Vallo Alpino (I)

Dans les années 30, l’italie construit comme la France une ligne de défense constituée de nombreux bunkers construit en pleine montagne.

Dans la vallée de la Roya, l’association ASVAL, en collaboration avec la mairie de TENDE, reconditionne l’ouvrage 261 du barrage de Vievola, un des nombreux ouvrages abandonnés du vallo alpino.

L’ambiance régnant dans ces ouvrages en 1939 à la veille de la 2eme guerre mondiale y est fidèlement reproduit afin d’y découvrir la vie des soldats italiens prêts à défendre leur frontière.

Ce musée, inauguré en 2016, est implanté dans l’ouvrage 261 de Viévola (Hameau de Tende). Il reprend de manière soignée et magnifiquement mise en scène les conditions, armement et objets qui faisaient le quotidien des soldats italiens qui occupaient ces ouvrages de surveillance dispersés dans nos massifs.

L’association ASVAL (Associazione per lo studio del Vallo Alpino) a créé ce musée et gère son ouverture.

https://www.facebook.com/AssociazioneStudioValloAlpino/?rc=p

#museeduvalloalpino

Forte Colle Alto et sa caserne – Col de Tende (I)

Forte Colle Alto et sa caserne – Col de Tende (I)

Les frontières dites naturelles sont en réalité des frontières issues d’un long processus de construction. La frontière des Alpes entre la France et l’Italie est située sur la ligne de crète entre ces 2 pays, sauf pour le Mont Blanc en territoire Français, le Mont Cenis et le Petit St-Bernard, en Italie.

Les villages de Tende et Brenda actuellement en territoire Français était historiquement des terres de chasse du roi Victor Emmanuel. C’est le Général De Gaulle qui exigea après la seconde guerre mondiale que ce territoire soit rattaché à la France. Ce particularisme fait que le développement des ouvrages fortifiés italiens s’est fait dans l’axe Tende jusqu’au sud de St-Dalmas-de-Tende, non loin de Sospel.

Le col de Tende est un lieu chargé d’histoire : passage le plus commode entre le Piémont et la Méditerranée, il fut sans cesse amélioré afin de faciliter la circulation des personnes et le transport des marchandises.

D’abord simple chemin muletier créé en 1652, la route fut achevée en 1782. L’ouverture des tunnels routier (1883) et ferroviaire (1928) a provoqué le quasi-abandon des anciennes viabilités.

La crête frontière, déterminée en 1947, fourmille de constructions militaires (forts, blockhaus) dont certaines comme le fort Central offrent un véritable intérêt architectural.

Six forts de forme rectangulaire construits entre 1800 et 1900 par le génie militaire italien ont abrité des troupes jusqu’à la fin de la dernière guerre ; entourés d’un profond fossé, ils sont accessibles par un pont-levis que la vétusté dégrade irrémédiable ment.

Le fort de Colle Alto ou fort central est le centre et la pièce maîtresse du groupe d’ouvrages constituant le camp retranché ou barrage de Tende ; il contrôle directement la route et le col de Tende. Il est construit à 1926 m d’altitude à l’est du col dont il est distant d’environ 600 m

 

 

 

Fort de Colle Alto – Tende

Le fort est conçu à la base comme un trapèze équilatéral : le front de gorge (nord) est parallèle au front d’attaque (sud), plus court, et les longs fronts latéraux convergent symétriquement du premier vers le second. Cette symétrie d’intention est pourtant rompue par le large pan coupé qui rogne l’angle sud-ouest, compromis dû à des impératifs de couverture des tirs à longue portée. Un fossé à fond parfaitement horizontal environne le fort sur trois côtés. Au sud-ouest et au sud-est se trouvent deux angles arrondis.

Aux deux angles sont aménagés deux ouvrages de flanquement saillants, de conception intermédiaire entre une caponnière et une tour basse : ils sont les seuls organes du fort disposant d’un niveau actif en fond de fosse en plus du rez-de-chaussée. A l’intérieur se trouve la caserne longitudinale, moins haute que celle des bâtiments d’enveloppe et légèrement décentrée ; c’est sur cette structure que donne la porte d’entrée du fort, précédée d’un pont à arche unique.

Source : https://dossiersinventaire.maregionsud.fr/gertrude-diffusion/dossier/fort-de-colle-alto-ou-fort-central/0076cf83-dc96-41ab-bc64-31276dfb09cc
Plan ; https://randoxygene.departement06.fr/haute-roya/circuit-des-forts-9211.html

Les cantonnements au nord ouest

Promenade automnale au fort des Trois-Têtes à Briançon (F)

Promenade automnale au fort des Trois-Têtes à Briançon (F)

Alors qu’il effectuait une tournée générale de toutes les places fortes du royaume et qu’il se trouvait en Bourgogne, Vauban recevait du roi un ordre lui enjoignant de se rendre d’urgence à Briançon, sinistrée par un incendie général survenu en janvier 1692 : deux cent cinquante-six maisons sur deux cent cinquante-huit avaient été totalement ou partiellement détruites.

Vauban poursuivit son inspection et n’arriva à Briançon qu’en octobre 1692. Il y séjourna une semaine et reprit la route pour continuer sa tournée.

Pendant son voyage entre Briançon et Embrun il rédigeait un premier rapport au roi dans lequel il indiquait que Briançon n’était que ruines, qu’il fallait reconstruire la ville et la fortifier, en ne tenant aucun compte des murailles antérieures à l’incendie, qui n’étaient en somme que les « façades extérieures des maisons, percées de fenestrages » peu efficaces en cas d’attaque. Il fallait, selon lui, construire de véritables remparts, adaptés au terrain et partant du bas du roc : un travail gigantesque.

Dans un second projet, Vauban précisait qu’il était indispensable aussi d’établir des forts et des redoutes fortifiées sur les sommets voisins, plus élevés que la ville, afin que cette dernière soit protégée.

Il pensait à la construction du fort des Trois-Têtes, du fort du Randouillet, du fort d’Anjou, du fort Dauphin, de la redoute des Salettes, et même à la possibilité de construction d’une redoute sur la colline de Serre-Paix (non réalisée).

Une route taillée dans la roche devait permettre de relier la place forte de Briançon au fort des Trois-Têtes par un pont à deux arches qui enjamberait les gorges de la Durance.

Vauban revint à Briançon en 1700 pour une inspection. Il constata que ses plans n’avaient pas été suivis comme il le souhaitait et que ses projets avaient été sérieusement « esquintés » (lettre écrite par Vauban à un ingénieur du roi qui se trouvait sur place). Ce second séjour fut aussi bref que le premier et, pourtant, il rectifiait sur les lieux tous les travaux qui s’éloignaient trop de ses projets.

Vers 1725 tous les projets de Vauban étaient à peu près terminés. D’autres travaux effectués plus tard par le maréchal d’Asfeld portent aussi l’empreinte de Vauban, avec cependant quelques modifications par exemple l’ajout du bastion nord-est du fort des Têtes, qui portent le nom d’Asfeld.

 

​Briançon, le fort des Trois-têtes

Le fort doit son nom au plateau rocheux sur lequel il a été édifié. Destiné à empêcher les ennemis de prendre position au-dessus de la ville, un camp retranché est établi sur cette hauteur dès 1709 d’après le projet de 1700 de Vauban. Les travaux définitifs commencent après la fin de la guerre de Succession d’Espagne et le traité d’Utrecht de 1713 qui a modifié la frontière avec le duché de Savoie. Ils durent jusqu’en 1734.

Ce fort est l’ouvrage le plus important de la barrière fortifiée du 18e siècle et oppose 600 m de front à l’ennemi sur une profondeur de 350 m. Après avoir aplani le plateau rocheux, les ingénieurs disposent de la place nécessaire pour édifier les bâtiments indispensables à la vie de la garnison. Un front bastionné, puissamment armé, protège le fort des assauts venus des pentes de la montagne de l’Infernet.

Un bas-fort plonge vers la gorge de la Durance et permet de battre le fond de la vallée.

Le fort comporte trois accès :

1 – La porte de la Durance permet d’entrer dans le fort en venant de Briançon par le pont d’Asfeld.

2 – La porte du front de secours au sud, facile d’accès en hiver et abritée des tirs ennemis, permet de ravitailler le fort en vivres et en eau et d’évacuer les blessés en cas de conflit.

3 – La porte royale est située dans la partie la plus défendue du fort. Elle est protégée par un important dispositif :

  • un front bastionné composé de deux bastions et une demi-lune (doublés d’une lunette et de contregardes),
  • des fossés et un chemin couvert.

Le passage s’ouvre au centre de la courtine. Un décor de style classique comportant deux pilastres et un fronton triangulaire orne l’entrée.

La place d’armes est protégée des tirs ennemis par une demi-caserne s’appuyant sur un épais mur faisant office de blindage.

À l’intérieur du fort s’élèvent des casernes de type Vauban pouvant loger environ 1 200 hommes, une chapelle dédiée à saint Louis, un bâtiment pour le gouverneur de la place, un arsenal pouvant abriter une centaine de pièces d’artillerie au rez-de-chaussée et 20 000 fusils sur deux niveaux*. Pour le stockage des poudres, sont construits successivement : en 1727, un magasin à poudre de type Vauban (83 tonnes de poudre noire*), en 1874, une poudrière caverne (38 tonnes) et en 1878, une mi-caverne (60 tonnes).

La caserne casematée protégeant le front de la Durance côté Briançon pouvait abriter jusqu’à 390 hommes. On y trouvait une boulangerie, des écuries pour 24 chevaux et les cachots. Le hangar surmontant le bâtiment servait pour le stockage du bois. Le plateau ne comportant aucune source, le fort est équipé de 2 citernes pour ravitailler la troupe en eau (3 300 m3*). Elles étaient alimentées par une source captée dans la montagne de l’Infernet. L’eau arrivait dans le fort par le front royal.

*d’après Milet de Monville en 1747- SHD Vincennes

Source :

Vauban, sa vie et son œuvre – 1984

https://www.serre-chevalier.com/fr/fort-des-trois-tetes-fp2345

Haute-Adige Voyage d’automne 2019

Haute-Adige Voyage d’automne 2019

La guerre des forteresses

1914-1918 – 1939-1945

Vendredi 13 septembre 2019

Repas léger à Innerbraz (AUT) au Gasthof Rössle (Bludenz-Vorarlberg)

déplacement sur Brixen / Bressanone (IT)

 

Samedi 14 septembre 2019

Journée organisée par l’Association Bunker Museum

Journée historique (1753-1993)

  • Visite d’ouvrages austro-hongrois (période 1889-1918) à Landro,
  • Visite d’ouvrages du Vallo Alpino (1938-1942) à Landro,
  • Visite du BunkerMuseum (période 1938-1993) à Toblach.

Vue panoramique sur le paysage fortifié alpin local :

  • Castrum romain (période de l’Antiquité),
  • Bornes de la frontière austro-vénitienne (1753),
  • Ligne de front Italo-Austro-hongroise de la Première Guerre mondiale,
  • Bunkers du mur des Alpes (période OTAN) et restes de tourelles de chars Pershing.

 

Dimanche 15 septembre 2019

Déplacement pour Lavarone (IT)

Visite individuelle de l’ouvrage austro-hongrois de Forte Belvedere / Werk Gschwent à Lavarone (IT)

Visite individuelle de la base de missiles sol-air « Nike » du 66º Gruppo Intercettori Teleguidati de Aeronautica Militare à Tuono (IT) ; l’une des 12 bases de missiles sol-air construites dans le Nord-Est de l’Italie pour assurer la défense Sud de l’OTAN

Déplacement sur Rovereto

Apéritif et repas « à la chandelle » et vins du château au Castel Noarna

Lundi 16 septembre 2019

Visite guidée de l’ouvrage austro-hongrois Fort Pozzacchio / Werk Valmorbia

Déplacement vers le site de la colline de Nagià Grom à Manzano

Visite libre du bastion, des tranchées et des positions d’artillerie austro-hongrois de Nagià Grom ; cette colline deviendra la forteresse No 1 de lEtschtalsperre qui intégrera la première ligne de défense autrichienne

Mardi 17 septembre 2019

Visite organisée par la Società Ticinese di Artiglieria

Visite de l’ouvrage d’artillerie A8154 « Mairano 4 » à Iragna

Déplacement sur Mondascia Biasca – FOR TI

 

Visite organisée par l’Associazione FOR TI Museo Militare Forte Mondascia Biasca

Visite des ouvrages d’artillerie A8157 (canon 10.5 cm) et A8158 (canon 10.5 cm) de Mondascia Biasca