L’édifice actuel, « ouvrage de Roche-la-Croix », a été construit de 1931 à 1936 sur et sous un ouvrage antérieur dit « redoute de Roche-la-Croix », construit de 1883 à 1892 et dont une grande partie a été arasée pour construire le nouvel ouvrage, mais dont plusieurs éléments furent conservés comme casernement de temps de paix, ou même incorporés au nouvel ouvrage. Il semble logique donc d’évoquer séparément, et par ordre chronologique, les deux édifices successifs ainsi que le téléphérique construit pour alimenter l’ouvrage actuel et que, malgré la distance de 800 m qui les sépare, doit être considéré comme en faisant partie. Ce chemin a été équipé d’une voie decauville, partiellement visible. Voie Decauville

Roche-la-Croix est conçu pour résister à un bombardement d’obus de gros calibre. Les organes de soutien sont donc aménagés en souterrain, creusés sous plusieurs mètres de roche, tandis que les organes de combat, dispersés en surface sous forme de blocs, sont protégés par d’épais cuirassements en acier et des couches de béton armé.
Une galerie principale relie l’entrée aux différents organes de soutien et aux blocs de combat. Cette galerie est équipée d’une voie ferrée étroite de 60 cm où roulent des wagonnets poussés à bras (les caisses d’obus font de 80 à 105 kg). En souterrain sont aménagés une usine, une caserne, un système de ventilation, de chauffage, une cuisine, un poste de secours, un poste de commandement, et des stocks de gazole, d’eau, de nourriture et de munitions. Ces stocks doivent permettre de tenir quelques mois sans ravitaillement : il s’agit de 6 000 obus de 75 mm, 2 000 de 81 mm, 450 de 50 mm et 59 000 cartouches de 7,5 mm.

Les visites sont assurées par des guides efficaces et super sympathiques et les réservations se font sur le site Ubaye.com

sources 
https://dossiersinventaire.maregionsud.fr//
%d blogueurs aiment cette page :