​En 1879, on décide de construire deux positions fortifiées pour protéger les approches maritimes Ouest du port de Singapour ; le Fort Siloso à l’Ouest de l’île de Blakang Mati (Sentosa) et la batterie de Pasir Panjang sur l’île principale à l’opposé du Fort Siloso.  

La Première Guerre Mondiale se déroule sans engagement réel pour le Fort Siloso. De 1919 jusqu’au début des années 1930, rien ne change dans le fort. Au début des années 1930, des cantonnements pour la troupe, un poste d’observation, une nouvelle salle des machines et divers magasins sont construits. La DCA prend place sur les superstructures du fort.

La guerre atteint l’île avec le bombardement du fort le 18 janvier 1942. Fort Siloso engage son artillerie, le 11 février 1942, contre les Japonais progressant le long de la côte Ouest. Le fort est à nouveau  bombardé mais l’artillerie reste opérationnel. Après l’armistice, les Japonais prennent possession de Fort Siloso. Durant l’occupation japonaise, le fort est partiellement remis en service. Les troupes britanniques reviennent en septembre 1945. En 1946, des travaux sont exécutés pour rendre Fort Siloso opérationnel. En octobre 1947, le fort devient un site d’entraînement pour l’artillerie côtière. La batterie effectue des tirs d’entraînement jusqu’à la disparition de l’artillerie côtière de l’armée britannique en 1956. L’armement du fort est démonté et mis au rebut. En 1967, le fort est remis au gouvernement de Singapour. L’armée singapourienne installe diverses unités et l’occupe jusqu’en 1972. L’île, renommé Sentosa, redevient civile et Fort Siloso est transformé en musée et ouvert au public en 1975. Le site fait l’objet de nombreuses restaurations dans les années 1990.

De nos jours, on rejoint le Fort Siloso en profitant des moyens modernes de transport (monorail et télécabine) ; puis on accède par un ascenseur à un pont traversant la canopée de la forêt du Mont Siloso pour arriver au sommet de la colline directement dans le fort. Singapour est riche en histoire militaire et de nombreux sites sont consacrés aux douloureux souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale et à l’occupation japonaise. La plupart de ces sites sont accessibles en transports publics.

Pour plus d’information, lisez l’article « Singapour – Une petite histoire militaire » parue dans notre bulletin 2018.

%d blogueurs aiment cette page :